Développer votre fan base sur Facebook

Les 12 principes à observer pour optimiser votre présence sur Facebook. Comment augmenter votre nombre de J’Aime, transformer vos followers en fans et vos fans en fans actifs ? Comment fidéliser, animer, gérer et élargir votre communauté ? Et comment mobiliser votre fan base Facebook et monétiser directement votre relation avec vos fans.

Précision préalable : il est ici question de votre page Artiste, pas de votre page Profil personnelle. C’est sur votre page Artiste qu’il vous faut attirer les internautes et développer votre fan base.

1 – Ne pas confondre J’Aime et fan

L’erreur fréquente est de confondre vos J’Aime et vos fans. N’allez pas si vite. Savez-vous vraiment qui ils sont ? Et pourquoi chacun d’entre eux a cliqué sur « J’Aime » votre page ? Ce peut être par simple curiosité, par envie d’en savoir davantage, pour seulement suivre votre actualité ou parce qu’il a trouvé votre page sympa. En fait, hormis pour les noms ou pseudos que vous connaissez personnellement, vous n’en savez strictement rien. C’est à partir de là que tout commence…
2 – Apprenez à connaître vos J’Aime

Au lieu d’attendre passivement qu’ils se manifestent expressément, explorez vos statistiques (dans la barre de menus en haut de votre page). Vous en saurez davantage sur les personnes qui ont manifesté un quelconque intérêt, timide ou appuyé, à votre page : tranches d’âge, sexe, localisation par ville (une information précieuse pour organiser vos concerts et tournées), par pays et par langue (utile si vous voulez exporter votre musique). D’autres statistiques vous aideront à optimiser vos publications et votre impact : nombres de vues de la page, portée, engagements avec la publication, vues de vidéos…
3 – Développez vos J’Aime

Leur nombre ne va pas grimper automatiquement, sans faire ce qu’il faut pour attirer à visiter votre page Artiste. Indiquez l’existence de votre page artiste Facebook chaque fois que possible et sur toutes vos occasions et documents de communication (mail, bio, dossier de presse, EPK, communiqué, flyer, carte de visite, eCard, affiche) avec le lien web direct. Incitez aussi vos « amis » de votre page Profil à aimer votre page Artiste.
4 – Pensez « conversion »

Passifs ou actifs, simples curieux ou réellement intéressés à votre musique ou votre univers, leur degré d’engagement est multiple. Ce sont aussi des nouveaux visiteurs de votre page qu’il faut inciter à cliquer sur « J’Aime ». Ce sont alors des « followers », des suiveurs. Il vous faut transformer vos followers en fans, et vos fans en « fans actifs ». Pour cela, il faut fidéliser et animer votre communauté.
5 – Fidélisez

Les internautes et mobinautes sont très volatils et l’intérêt qu’ils portent à votre page peut être de courte durée. A vous de rendre votre page attractive, de l’alimenter avec des posts intéressants pour maintenir l’attention qu’on y porte, de la « rafraîchir » régulièrement (avatar et visuels de Une).

6 – Publier des contenus exclusifs

Qu’il s’agisse d’informations, de visuels, de musique, de vidéo, les fans veulent se sentir privilégiés. Donnez-leur des contenus inédits. Faites-leur écouter des maquettes (ma toute dernière chanson, composée d’hier et que personne n’a encore entendue), un titre qui n’a pas été retenu sur l’album, une version alternative, votre album qui sort dans 2 mois (en avant-première), votre nouveau clip en accès confidentiel, un message vidéo qui leur est destiné. Montrez-leur une ébauche de la pochette de votre prochain EP…
7 – Donnez pour recevoir

Certains artistes ont une approche psycho-rigide dès qu’il s’agit de mettre un contenu en ligne : Je ne veux pas brader ma musique, je ne propose que des contenus payants. Cela peut fonctionner à un certain niveau de notoriété mais pas quand on démarre son projet. Si les gens ne vous connaissent pas ou pas assez, ils n’achèteront pas. En tout cas, pas tout de suite. Ne brûlez pas les étapes, suivez tous les principes évoqués ici pour les amener à acheter. En démarrage de parcours, n’attendez rien en retour immédiatement. N’y voyez pas à ce stade un enjeu économique mais un enjeu de visibilité, de notoriété. Cela paiera plus tard et, en attendant, vos J’Aime apprécieront votre démarche et vous en sortirez gagnant.
8 – Entretenez le contact

Connectez-vous et restez connectés avec vos « J’aime ». Comment voulez-vous qu’ils sortent de leur passivité si vous-mêmes n’êtes pas actif vis-à-vis d’eux sur votre page ? Venez-y régulièrement, consulter les commentaires, répondez-y. Il faut qu’ils sentent une proximité avec l’artiste que vous êtes. Accordez-leur de votre disponibilité. Annoncez par exemple que tel jour pendant 1 heure vous serez à leur disposition pour échanger avec eux. Proposez des moments de partage, des chats, des rendez-vous réguliers. Créez des événements
9 – Call to action

Incitez chaque fois que possible vos J’Aime à s’exprimer, à commenter vos posts, à les partager. Posez-leur vous-mêmes des questions. Profitez de ce « public » informel et privilégié pour tester votre nouvelle chanson, pour savoir ce qu’il pense de votre projet de pochette, ou quels titres de votre album… Bref, faites réagir vos J’Aime. Faites en sorte que vos J’aime se parlent et échangent entre eux. Vous devenez animateur d’une communauté (la vôtre). C’est ce qu’on appelle le « community management ».
10 – Elargissez votre base

Ne jamais s’endormir sur ses lauriers. Pensez, dans vos posts, à vous adresser à tous : pas seulement au petit cercle restreint de vos amis, de vos proches (famille), de vos fans actifs et des quelques noms qui « likent » systématiquement tout ce que vous postez. Pensez aussi aux internautes ou mobinautes qui viennent par hasard sur votre page, à vos J’Aime récents qui vous découvrent. Accueillez-les comme il se doit. S’ils ont l’impression qu’on ne s’adresse pas à eux ou qu’ils ont loupé un épisode, ils risquent de vous zapper très vite. Pensez-y quand vous rédigez vos posts. Il faut parfois resituer, rappeler des infos déjà publiées car le nouvel arrivant ne va remonter tout le fil de votre journal pour se mettre à la page et combler les infos qu’il a manqué.
11 – Ne trichez pas

Tout s’achète, on le sait. Y compris des J’Aime pour sa page Facebook. L’envie est tentante pour gagner du temps et montrer qu’on intéresse du monde, mais déconseillée. C’est une supercherie qui fausse le jeu et ne correspond pas à la réalité. Outre le risque de se voir fermer sa page par Facebook si la plateforme décèle des statistiques anormales ou de se discréditer auprès des professionnels si les indicateurs affichés ne sont pas cohérents avec l’avancement du projet et l’actualité de l’artiste, celui-ci se ment à lui-même car sa communauté Facebook ne sera pas mobilisable. Les J’Aime achetés (qui peuvent être de tous les coins du globe) ne seront jamais au rendez-vous pour acheter vos disques, se déplacer à vos concerts et vous soutenir en crowdfunding.
12 – Mobilisez et monétisez

Si vous suivez ces principes, vous aurez fédéré, fidélisé et développé une communauté qui vous apprécie (tant pour votre musique et votre univers que pour votre démarche), qui vous suit, que vous connaissez mieux et que vous pouvez alors mobiliser au moment venu. Vous pourrez compter sur elle pour acheter votre album quand il sortira, pour se déplacer à vos concerts, pour acquérir votre merchandising, voter pour vous qualifier dans un tremplin, pour répondre présent à vos événements et sollicitations, participer à votre campagne de crowdfunding…

Combien un fan consacre-t-il aujourd’hui à un artiste qu’il apprécie ? On tablera prudemment sur une moyenne de 100 € dans l’année (soit 25 € par trimestre) : disques, concerts, merchandising, produits collectors, événements, crowdfunding. Faites le calcul : avec une fan base de 1 000 personnes, vous générez des rentrées de 100 000 € par an. Sans intermédiaires.

Au-delà de l’aspect économique, vous pouvez aussi mobiliser vos « J’Aime » d’autres façons, faire de vos fans actifs vos ambassadeurs, vos porte-paroles, vos délégués promo en région, voire vos relais de distribution. Certains n’attendent que ça. Et cela vous assure un réseau actif, dynamique et efficace.

Gildas Lefeuvre