PASSWORD RESET

L'actualité qui bouge en musique !

EDITO ARTISTE : Focus sur ORIGINE

150 0

EDITO ARTISTE : Focus sur ORIGINE ©DR

D’où vient votre nom de groupe « Origine ? »

On voulait trouver un nom qui ressemble à notre musique. Quelque chose de simple, de transparent. Le nom « Origine » me traînait dans la tête depuis quelque temps. Cela parle à tout le monde et c’est comme ça qu’on l’a choisi !

Depuis combien de temps le groupe existe ?

Origine existe depuis septembre 2012. C’est à cette date qu’on a commencé ce trio. On avait ensemble quatre ans d’expériences dans d’autres formations, puis on s’est lancé dans des compositions uniquement dans notre style. À présent, on réalise la plupart de nos scènes dans le sud de la France.

Auparavant, nous faisions essentiellement des reprises de musique, du ACDC par exemple. On était six, mais il y a eu pas mal de changements. Ça a pas mal bougé. C’est moi qui dirige la formation, donc au fur et à mesure, j’ai sélectionné les gens afin de voir avec qui le spectacle plaisait.

Aujourd’hui, je suis avec une chanteuse, Manon, une camarade de lycée, et un batteur, Emmanuel, mon père.

Quel est votre projet artistique ?

On a mis pas mal de temps avant de trouver une étiquette qu’on puisse donner tout le temps. On aime un peu de tout. Notre style se décrit comme de la pop rock symphonique. Il y a beaucoup d’énergie dans ce que l’on fait. Le tout, accompagné par des orchestres un peu symphoniques. De ce fait, nos chansons restent très accessibles au grand public.

EDITO ARTISTE : Focus sur ORIGINE ©DR

Comment se déroule la scène locale dans votre région du Sud ?

Dans notre département (le sud de la France) la scène locale n’est pas facile. Cela a été dur au début. On est dans une région où la musique vit difficilement. Où elle est moins curieuse que dans les autres régions. Ici, on parle plus du rap, du hip-hop ou du reggae. Le rock est assez compliqué dans le sud. Mais à force de persévérance, on a fait connaître, notre travail, et les gens accrochent assez facilement. On a pu se forger une petite communauté, une petite réputation sur la scène locale. On n’est pas professionnel, mais on fait ça de façon très sérieuse. On essaie de s’impliquer au maximum et les scènes sont rarement déçues de ce qu’on propose.

Pourquoi ne pas devenir un groupe professionnel ?

Cela a été un choix. Notre style, déjà, est particulier. On vogue sur tous les univers. Et donc faire vivre ça sur la scène professionnelle est compliqué. De plus, on a des boulots à plein temps qu’on aime et qu’on n’a pas envie de quitter. Concernant la musique : on n’a pas besoin de courir après les dates. Même si on est toujours à la recherche de partenaires, pour faire grandir le projet.

Tout ce qu’on gagne est réinvesti dans la musique. Le but est de s’autofinancer. On enregistre un album et les ventes permettent de produire le prochain album.

Quel est votre plus beau souvenir musical ?

Il y a un moment mémorable, c’est Ouroboros Orchestra. Lors de la sortie de notre troisième album en mai 2018, on a joué nos compositions avec un orchestre symphonique de 100 musiciens. On a organisé ce grand concert avec nos petites mains, au grand théâtre antique d’Orange, devant plus de 2000 personnes. C’était fabuleux !

Et un pire souvenir ?

Il y en a plusieurs ! Une fois, on était à un concert et mon clavier tombe en panne en pleine chanson. Par le plus grand hasard, un piano se trouvait au fond et je me suis jeté dessus pour finir la chanson. On a également relevé la mission de jouer sans électricité.

Quel regard portez-vous sur la scène locale ?

Ça fait huit ans qu’on joue sur la scène locale et on aime beaucoup mettre en avant les musiciens qu’on rencontre. On a mis un point d’honneur à promouvoir les autres groupes de compositions.

Retrouvez la fiche artiste de ORIGINE sur notre site !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser une réponse

Your email address will not be published.