PASSWORD RESET

L'actualité qui bouge en musique !

EDITO ARTISTE – Focus sur THE CHARLES INGALLS

359 0

EDITO – Focus sur The Charles Ingalls ©DR

D’où vient le nom du groupe ?

Le nom a été trouvé un soir de beuverie, alors que le groupe (la première mouture, dont Seb, le guitariste, est le dernier rescapé) venait tout juste d’être formé.
Il fallait un nom qui illustre le côté « bûcheron » de notre musique, les chemises à carreaux, etc.
Charles Ingalls était une évidence, car dans la série « La petite Maison dans la prairie », son occupation principale est de couper du bois, en plus d’être un gars cool !
Outre cet aspect, le vrai Charles Ingalls historique, a un côté beaucoup plus sombre que la série, ayant vécu la guerre de sécession, alcoolique, et vivait la violence de la colonisation américaine.
Ces 2 faces du personnage correspondent finalement assez bien au concept du groupe.

Depuis combien de temps écumez-vouz les scènes, dans combien de concerts vous êtes-vous produit ?

Le groupe est actif depuis fin 2013, mais a un vécu assez chaotique, avec pas mal de changements de personnel.
Il y a eu donc des (longues) phases de latence, le temps de trouver une bonne stabilité.

2016 a marqué un tournant avec l’enregistrement de notre premier EP 4 titres, qui nous a ouvert pas mal de portes et de plans.
Le cd s’est bien vendu et grâce à Internet via la plateforme Bandcamp nous avons pu toucher un public international (chroniques sur des sites italiens, allemands, finlandais), avec même une diffusion du morceau « Thulsa Doom » dans une émission de radio Metal/rock en Australie !
Depuis, nous avons écumé tous les bars et salles possibles, festivals, rassemblements de bikers au niveau local, régional (Franche-Comté) mais nous avons aussi joué par deux fois au festival de Bourges et à celui de Soulac.
Impossible de dire le nombre de concerts, mais ça en fait beaucoup !

Quel est votre projet artistique, votre ligne directrice dans vos compositions ?

On joue du Stoner/Doom, à la frontière du rock et du metal.
On essaie de garder l’équilibre entre ces 2 styles.
L’idée est restée dans un univers dark country/ western spaghetti mixé à la sauce Black Sabbath Même si on s’autorise quelques digressions dans le concept, comme avec le morceau Thulsa doom inspiré directement du film » Conan le Barbare ».
Bref, l’univers reste ludique, cinématographique et « Pop corm« 
Au moment de la composition, il y a toujours cette idée de narration, de bande son qui illustrerait un film.

EDITO – Focus sur The Charles Ingalls ©DR

Quels thèmes aimez-vous aborder ?

Les thèmes sont variés.
Pour notre premier « vrai » album (LP) qui sortira en début 2021, nous nous sommes inspirés de films tels que « Mad Max », »Impitoyable » ou encore « Deliverance« .
Les textes parlent de vengeance, de bagarres, de bécannes ,de femmes, de zombies bikers…
Le morceau titre de l’album « Undertaker » (qui bénéficiera d’un clip) parle d’un fossoyeur devenu fou à force de solitude et qui n’a pour seul compagnie que les cadavres qu’il enterre… Tout un programme.
En tout cas, il ne faut pas chercher de message politique ou revendicatif dans notre musique, cela reste du divertissement.

Que voulez-vous transmettre à vos auditeurs ?

Qu’ils oublient leurs soucis le temps d’un morceau, qu’ils se fassent des films en écoutant nos musiques.

Avez-vous des sources d’inspiration (que ce soit dans le milieu musical ou non) ?

L’inspiration musicale est essentiellement issue de Black Sabbath, mais aussi MotorheadIron MaidenClutch et même Pink Floyd (en tout cas sur l’album à venir).
On a aussi beaucoup de références cinématographique avec les films cités précédemment, on peut cité aussi le cinéma de Sergio Leone et de Tarantino qui ont ce côté outrancié et décomplexé que nous cherchons à retranscrire .

Qu’aimez-vous écouter comme musique ?

Outre les groupes précités qui nous réunissent, nos goûts musicaux sont assez variés selon les membres du groupe : cela peut aller de l’électro/indusle noise Rock, le trip hop ou même le classique.

Si vous deviez choisir une musique qui vous définit, laquelle serait-elle ?

« L’Uomo Dell’Armonica » d’Ennio Morricone.
Il résume assez bien le concept de The Charles Ingalls.

À quoi aspirez-vous ?

Faire les meilleurs concerts possibles, refaire des albums.

EDITO – Focus sur The Charles Ingalls ©DR

Comment s’est déroulé la réalisation du clip « Ghost », pourquoi avoir choisi de réaliser un clip pour ce morceau et non pour un autre ?

Le clip à été réalisé par Karrikart avec des roughs tournés lors du festival de Bourges et un patchwork vidéo de son cru inspiré par le morceau.
Ce morceau nous paraissait évident à illustrer, de par son côté « accessible » et qui résumait assez bien l’ambivalence de notre musique entre phases cool et plus agressives.

C’est comment la scène locale dans votre département ? Vous en sortez parfois ?

Comme dit précédemment, outre les scènes locales, nous avons eu l’opportunité de jouer par deux fois au festival de Bourges et au festival de Soulac.
Au niveau local, la scène musicale est très activement encouragée par des structures associatives fortes qui travaillent ensemble, entre départements pour la promotion de la musique en générale, avec des organisations de concerts, studios d’enregistrement/répétition, ateliers, etc. Le réseau s’étend ainsi de Dijon à Strasbourg en passant par Besançon, Montbéliard, Belfort, Mulhouse…
Mais tout n’est pas rose, car on constate une diminution de groupes « créateurs« (qui composent leur propres morceauxau profit d’une prolifération de groupes de reprises, et même de groupes dit « tribute bands » ne reprenant le répertoire que d’un seul groupe, allant même jusqu’à vendre leur concert comme s’il s’agissait des « vrais » groupe. On arrive à un stade où on peut parler d’escroquerie et de fainéantise.
Là où cela devient inquiétant, c’est que certains organisateurs de festivals commencent à inviter ces groupes au détriment des groupes créatifs.
Il y a là un vrai message malsain et décourageant qui est lancé et qui ne fait que développer l’appauvrissement de la culture.

Des projets ? (en cours, en attente, prévus)

Nous finissons actuellement l’enregistrement des parties chant (au Cube Studio) pour notre album à venir et qui sortira selon toute vraisemblance au début de l’année 2021.
Ensuite, viendra la phase de mix et de mastering, ainsi que la réalisation de la pochette.
Le tournage d’un clip est prévu pour cet été…
Concernant les concerts, comme tout le monde, nous subissons les conséquences du Covid 19 et 2020 restera une année blanche.
En espérant reprendre le chemin de la scène l’année prochaine!

Une dédicace pour Scènes Locales ?

Un grand Merci au site scenes-locales.com qui travaille pour la promotion des groupes locaux, et qui en ont grand besoin !
Merci aussi de nous avoir sélectionné pour l’édito, en espérant faire partie d’une prochaine session !

Retrouvez la fiche artiste de The Charles Ingalls sur notre site !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser une réponse

Your email address will not be published.